Voyage en Côte D’ivoire Au coeur de l’Afrique Occidentale

Voyagez vers un pays qui est à nouveau accessible aux voyageurs que depuis très peu de temps.
Il est proposé un itinéraire pour les pionniers permettant de découvrir une Afrique aux multiples facettes :
des ponts de lianes aux cathédrales, des masques aux danses initiatiques,
des singes sacrés aux royaumes de l’or, des sociétés de chasseurs au paysage urbain d’Abidjan,
depuis les plantations infinies de cacao aux lagunes verdâtres qui invitent à la détente.
Chaque jour de votre voyage apportera son lot de surprises et qui, surtout, vous permettra de participer à d’authentiques fêtes tribales, vibrantes et colorées.

DEPART SPECIAL LE 27 JANVIER 2018: le voyage sera accompagné par Alberto Nicheli, fondateur de TransAfrica

  • Durée: 11 jours
  • Guide: parlant français
Prix à partir de 2295 € Envoyez une demande
Jour 1

Arrivée á Abidjan

Arrivée à Abidjan, rendez-vous avec notre guide à la sortie de l’aéroport et transfert à l’hôtel.

Jour 2

Abidjan, entre tradition et modernité

Si vous observez au-delà de la lagune, “le Plateau” croît de manière vertigineuse plus qu’en horizontal, comme tout autre ville africaine, vers le haut avec de grands bâtiments modernes et des gratte-ciels. Il n’y a pas beaucoup d’espace et ce qui reste est accaparé par les eaux de la lagune Ébrié. La gare lagunaire avec sa file interminable de personnes attendant le bateau pour les transporter vers l’ouest et la silhouette incroyable de la cathédrale Saint-Paul à l’est délimitent le quartier de la “city”. Il ne manque que la Statue de la Liberté, mais nous sommes en Afrique noire et non à New York ! La visite commence par une brève excursion dans une embarcation pour offrir une vue panoramique du Plateau depuis les eaux de la lagune…

Jour 3

Une basilique dans la savane

Yamoussoukro, capitale du pays depuis 1983, est le village natal de Félix Houphouët-Boigny, premier président du pays indépendant. Ici, le rêve ivoirien des années 1970 et 1980 est devenu réalité, le rêve d’un pays qui, bien que n’ayant pas de grandes richesses naturelles est parvenu à en produire au point de rivaliser en style architectural et en dimensions avec les capitales européennes, un style solennel et imposant en même temps…
Nous visiterons la Basilique de la Vierge de la Paix, copie de celle de Saint-Pierre à Rome. Les marbres et les vitraux qui caractérisent l’église font de cette construction un excellent monument de l’histoire de ce pays.

Jour 4

Ponts de lianes

La forêt qui s’étend entre la Côte d’Ivoire et le Libéria est célèbre pour ses grands ponts de lianes. Selon les populations locales, l’origine de ces ponts est entourée de mystère. Les ponts sont construits par de jeunes initiés secrètement pendant une seule nuit ! Leur traversée ne présente pas de grandes difficultés si vous respectez les tabous imposés par la tradition, et sauf si vous transportez des paquets très lourds sur la tête ou un bébé dans un tissu attaché sur le dos comme le font le jeunes villageoises.
De retour à Man, temps libre pour le shopping chez les artisans locaux.

Jour 5

Danse des masques

Journée consacré à la rencontre avec l’ethnie Yacouba, plus connue comme Dan.
Nous visiterons des villages établis sur le flanc des collines et qui sont caractérisés par de grandes cases rondes à toit de paille. Certaines d’entre elles sont décorées de fresques réalisées par les femmes durant les périodes des cérémonies alors que les hommes se réunissent dans une énorme case pour recycler la ferraille de fer en pelles pour la culture, en utilisant comme enclume et marteau des morceaux de vieilles ferrailles.
Les plantations se trouvent à la périphérie du village alors que pas très loin les échos des tam-tams et les cris des initiés avertissent les masques que c’est le moment de sortir de la forêt sacré…
Sur de hautes échasses, la sortie des masques Dan est toujours un moment inoubliable pour les gestes acrobatiques des danseurs et pour la participation animée de tous les habitants du village. Les chants et les danses, d’abord des hommes puis des femmes jalonnent l’ordre de sortie des masques, tout cela sous la vigilance des anciens responsables du culte.

Jour 6

Guerriers sacrés

Près d’Odienné vivent les Malinké, descendants de l’ancien empire du Mali. Parmi les files de ses guerriers, se trouvent les Dozos, une société de chasseurs, dont la valeur démontrée dans les batailles et leur pouvoir mystique se transmet encore aujourd’hui au cours d’une longue initiation. Bien qu’il n’y ait plus de telles batailles à mener, le respect porté à cette ethnie est toujours absolu. Les Dozos sont considérés comme une sorte des “anges gardiens” qui surveillent les villages des actes de malveillance et servent de médiateurs dans les cas de litiges ; ils sont aussi considérés comme de grands guérisseurs grâce à leurs connaissances ésotériques des plantes et des animaux.
Nous rencontrerons les responsables de cette confrérie de chasseurs.

Jour 7

Les hommes-panthères

Nous traverserons des régions parcourues en permanence par des troupeaux de zébus guidés pour qu’ils paissent par les incomparables nomades Peuls : chapeaux pointus, bâtons sur les épaules, regards fiers, une simple gourde autour du cou, une machette entre les mains et des sandales aux pieds. Ces nomades ne semblent pas avoir d’autre chose dans leur recherche d’eau et de pâturages pour leurs troupeaux. Ils paraissent venir de nulle part et se diriger vers des lieux mystérieux.
Nous visiterons quelques-uns de leurs villages dans lesquels nous trouverons surtout des femmes et des enfants.
Korhogo est la capitale des Sénoufos, une ethnie qui a produit les plus grandes œuvres d’art africain et qui vit encore dans le respect de ses anciennes traditions culturelles.
Les Sénoufos sont célèbres pour leurs complexes rites initiatiques. L’initiation des jeunes qui peut commencer dès l’âge de sept ans jusqu’à l’âge de 28 ans s’appelle Poro. Cela consiste en l’apprentissage des secrets de la société et religieux qui différencient un véritable Sénoufo, le dépassement et des épreuves et exhibitions de danses de masques. Parmi ces dernières, la plus spectaculaire est celle de Boloy, ou danse de la panthère, que célèbrent des jeunes après une période d’isolement dans le bois sacré, et que nous pourrons voir à la fin de la journée dans un village.

Jour 8

Stirpe Akan

Nous rencontrerons les Baulé, une population de Stirpe Akan d’origine ghanéenne. Les Baulé ont su maintenir en commun avec les cousins Ashanti une profonde hiérarchie sociale en élargissant leurs propres traditions culturelles en s’appuyant sur les populations autochtones voisines. Leur riche production artisanale résume ces différences : délicates statues représentant le monde des esprits, poulie sculptée sur métier à tisser des tisserands et l’emploi de masques. Nous visiterons des villages qui poursuivent encore aujourd’hui cette riche production artisanale.

Jour 9

Royaumes de la forêt

Transfert le long d’une région tropicale.
Selon l’Akan de la Côte d’Ivoire, le terme Komian fait référence à la transe, c’est-à-dire à la possession de l’esprit. Les personnes appelées ainsi, principalement les femmes, sont initiées pour communiquer avec le monde des esprits à travers des gestes divinatoires dont le lancement de coquilles, la vision sur l’eau ou la danse. La danse est notamment le geste le plus spectaculaire, et sert à résoudre les problèmes les plus complexes et ne se pratique que certains jours de la semaine : en face de son interlocuteur, de certains de ses proches et de la foule de curieux attirée par le rythme du tam-tam, la prêtresse komian commencera alors une danse rituelle d’invocation jusqu’à atteindre l’état de transe. C’est la manifestation de l’esprit révélé à laquelle la prêtresse doit une abnégation totale, et qi indiquera la nature du problème et la voie à suivre.

Jour 10

Style colonial

La ville de Grand Bassam, construite sur une ligne de sable entre lagunes et l’océan, a su conserver ses bâtiments coloniaux comme ancienne et riche capitale de cette colonie. Pendant ces années, du fait de sa proximité avec la capitale, elle s’est transformée en un lieu de villégiature maritime des abidjanais.

Jour 11

Retour en Europe

Journée de repos.
Excursion facultative en bateau à moteur le long du delta où la lagune Ébrié rejoint l’Océan Atlantique et rencontre avec des populations pratiquant la pêche. Sable, soleil et mangrove seront le cadre dans lequel domine le bleu du ciel et de la lagune. Nous allons passer le reste de la journée à profiter de la brise marine.
L’après-midi, transfert à l’aéroport d’Abidjan pour l’embarquement du vol de retour et fin de la prestation des services.

Fiche de demande
  • Veuillez entrer un nombre entre 1 et 50.