Voyage au Guinea Bissau et Archipel des Bijagos: à l’occasion des fêtes du carnaval

Voyage au Guinea Bissau et Archipel des Bijagos: à l’occasion des fêtes du carnaval

Le carnaval en Guinée Bissau est un grand « mix » de traditions afro-portugaises et c’est la fête la plus importante du pays.

A Bissau, sur l’avenue principale « Avenida Amilcar Cabral », les masques de chaque région et de chaque « bario » (quartiers de la ville) commencent à défiler :

Tam-tam, masques traditionnels sacrés, guerriers armés de flèches et vêtus d’une peau de crocodile, masques contemporains en papier mâché, sans oublier les jeunes filles qui portent, pour seule et unique tenue, de magnifiques colliers de perles … Des heures de parade endiablée, qui font de ce carnaval une inoubliable « fiesta popular » où l’influence portugaise se mélange à la joie de vivre et à la magie africaine.

  • Durée: 9 jours
  • Guide: parlant français
Prix à partir de 2750 € Envoyez une demande
Jour 1

Bissau

Arrivée à Bissau et transfert à l’hôtel

Jour 2

Carnaval tribal

Journée entière  consacré à la culture Manjaco.  Nous visitons de petits villages cachés dans la forêt à la découverte des poteaux de bois sculptés appelés « Pecab » représentant les esprits des ancêtres, conservés dans des sanctuaires appelés « Cab Balugun ». Avec la permission des plus anciens, nous pourrons admirer divers styles des sculptures de bois sacrées, d’âges et de styles différents depuis de très nombreuses générations à nos jours. C’est la seule opportunité d’apprécier l’art tribal encore dans son contexte original : le village.

Jour 3

Villages dans la foret inondée

Un bateau rapide  nous conduira le long de la large rivière Cacheu à la découverte des pélicans blancs , les hérons Goliath , les aigrettes, les ombrettes africaines, les cigognes et les flamands roses. Nous quitterons la rivière pour une navigation captivante dans une mangrove inondée. Quelques heures plus tard, nous atteindrons des villages éloignés cachés sur une île d’une région marécageuse salinière habitée par les tribus Felupes et Baiotes, toutes deux faisant partie du groupe ethnique des Diojla. Ces habitants vivent dans un écosystème isolé dans lequel ils cultivent du riz grâce à un complexe « technologie tribale » pour dessaler les terres.  Le peuple Felupes pratique différentes cérémonies. Les groupes initiés comprennent une caste très puissante des prêtresses et des rituels sont annoncés par le son des grands tambours sacrés, les « Bombolon »

 

Jour 4

Le carnaval de Bissau

Bissau une capitale modeste, petite mais fascinante avec son ancienne architecture portugaise et son immense fort rappelant la période de la traite des esclaves. . L’après-midi, sur avenue principale  « Avenida Amilcar Cabral », le carnaval explose de ses mille couleurs…  Un défilé grandiose d’impressionnants masques venus représenter leur région ou leur « bario » (quartier de la ville) animera la ville durant de longues heures… Tam-tams, masques traditionnels sacrés, guerriers armés de flèches et vêtus d’une peau de crocodile, masques contemporains en papier mâché, sans oublier les jeunes filles qui, pour seule et unique tenue, portent de magnifiques colliers de perles… Des heures de parade endiablée, qui font de ce carnaval une inoubliable « fiesta popular » où l’influence portugaise se mélange à la joie de vivre et à la magie africaine.

Jour 5

L’archipel de Bijagos

Départ en matinée avec notre hors-bord pour cinq jours de navigation qui, nous mèneront d’île en île, découvrir îles éloignées et populations isolées.  Un grand merci à la nature, à ces paysages idylliques, à la flore exceptionnelle et à ces cultures tribales qui à présent restent encore indemnes, les Bijagos sont considérés aujourd’hui comme un véritable « bijou géographique ».

Les femmes portent d’ailleurs toujours le saiya, jupe de paille traditionnelle. La vie au village est caractérisée par l’importance des masques, utilisés lors de cérémonies secrètes. Les jeunes hommes, pour leur initiation, ont l’obligation de passer sept ans  dans un « couvent » sans aucun contact féminin.

Les couleurs de l’île d’Orango nous fascinent tout simplement : le vert de sa végétation, le blanc du sable de ses plages, le brun de ses rochers et le bleu de l’océan…

Jour 6

L’iles secrétes

Départ à la découverte des petites îles et des villages cachés, où l’arrivée d’un étranger est un évènement rare. Nous demeurerons sur notre bateau sur la plage et suivrons une piste dans la végétation. Les villages des Bijagos ont toujours été cachés dans l’île et n’ont jamais été construit sur la côte dans le but de se protéger des guerres tribales et des chasseurs d’esclaves. Selon la tradition africaine, nous commencerons la visite en rendant hommage au chef traditionnel. Le respect des coutumes locales est le meilleur moyen d’être acceptés. Avec la permission du chef, nous serons bien accueillis dans les villages et dans les sanctuaires sacrés

Jour 7

Tribus matriarcales

La culture de Bijagos donne un rôle important aux femmes, et c’est une société semi-matriarcale dans laquelle une femme a été le chef suprême.  Une marche d’environs trente minutes nous conduit au village sacré d’Okinka Pampa, accueillant les tombeaux des reines.

Jour 8

Vie sur une Ile

Excursion en bateau via la baie de Soga et sa colonie d’oiseaux flamands rosés. Visite du plus grand village de l’archipel, Bubaque, la plus grande île de l’archipel et le seul village relié au continent par un navire de ligne une fois par semaine. À Bubaque, nous trouverons des allées non pavées, un petit marché très coloré, des commerces et des bars locaux. Le musée ethnographique consacré à la culture Bijagos est également intéressant

Jour 9

La Capitale fantome

Le matin, départ pour l’île de Bolama  qui fut la première capitale de la Guinée portugaise de 1871 à 1941, avant d’être transféré à Bissau. La ville tombe en ruine, en partie envahie par la végétation tropicale. Aujourd’hui ses grandes avenues ensoleillées sont silencieuses, ses larges places vides, ses fontaines asséchées et une végétation abondante déborde des jardins.  Bolama est caractérisée par l’atmosphère surréelle d’une ville fantôme pourtant, bien habitée. Nous continuons avec notre hors-bord pour rejoindre Bissau, capitale du pays. Au port de Bissau, nous retrouverons nos véhicules pour une brève visite de la ville et des vieux quartiers.

Dans la soirée transfert à l’aéroport.

 

Fiche de demande
  • Veuillez entrer un nombre entre 1 et 50.