Festivals & Événements au Côte d’Ivoire

COTE D’IVOIRE – FESTIVALS

Pour comprendre les ethnies de la Cote d’Ivoreilfaut assister à les cérémonies initiatiques et à les fêtes rituelles, animé es par des danses au rythme de la percussion, des flutes et des calebasses utilisé es comme instruments, comme par exemple:

Danse du masque Goli

La danse par la tribu Baoulé. Au cours de cette danse, deux couples de masques apparaissent dans le village – des masques à visage humain “kpan” et un masque en forme de disque “kplekple”. Leur performance est très théâtrale pour donner un effet maximal. Les femmes dansent et chantent tout en avançant et en demandant aux masques de venir. Les femmes reçoivent les masques comme des personnes aimées, en les éventant avec des châles et en dansant joyeusement derrière eux. Les masques KpleKple, en particulier, sont appelés en présence d’un danger ou durant des cérémonies funéraires. Les danseuses les croient en lien avec les personnes ayant des pouvoirs surnaturels et avec les dieux qui peuvent avoir une bonne ou mauvaise influence sur leurs vies.

Danse des couteaux

Des danseurs font voler en l’air des enfants en les exposant au danger de tomber sur des couteaux : la force et l’habileté des danseurs d’un côté, l’imperturbabilité des enfants de l’autre dépassent toute imagination. Très rarement présentée à des visiteurs étrangers.

Le pays compte deux pratiques reprises sur la « liste représentative du patrimoine culturel immatériel » de l’UNESCO.

Danse des Jeunes Vierges

La danse appelée Kgoro, qui fait partie des rites d’initiation Sénoufo, concernant les futures femmes du.

Danse de la Panthère

La célèbre danse qui est exécutée par les hommes Sénoufo du village au moment du retour des jeunes initiés après un temps d’isolement.

Masques Guéré

Célèbres pour leurs belles formes en bois. Tous ces masques sortent d’une forêt sacrée que l’on ne peut pénétrer que si l’on fait partie du groupe des initiés. Quelques-uns de ces masques dansent sur des échasses. D’autres personnages font des acrobaties.

Masques Yacouba

Les masques appelés GleGben ou Nyon Kwuya. Il s’agit d’un masque de trois mètres de haut et exécutant des gestes acrobatiques qui enchantent le public. Malgré son côté théâtral, il s’agit bien d’un masque entouré par des secrets à cacher aux non-initiés et aux femmes.

Le Gbofe d’Afounkaha, la musique des trompes traversières de la communauté Tagbana

Le Gbofe se pratique principalement dans le village d’Afounkaha, au sein de la communauté Tagbana. Le terme Gbofe désigne à la fois l’instrument, la trompe traversière ainsi que les musiques, les chants et les danses qui y sont associés. Les trompes sont fabriquées dans des racines recouvertes de peau de vache, elles peuvent reproduire des mots de la langue tagbana, lesquels sont ensuite « traduits » par les chœurs de femmes. Les trompes et le chant sont accompagnés par des tambours qui marquent le rythme et donnent sa structure au Gbofe. Il est exécuté lors des cérémonies rituelles et traditionnelles.

Les pratiques et expressions culturelles liées au balafon des communautés Sénoufo du Mali, du Burkina Faso et de Côte d’Ivoire

Le balafon des communautés Sénoufo du Mali, du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire est un xylophone pentatonique, connu localement sous le nom de « ncegele ». Le ncegele anime des fêtes, accompagne des prières dans des paroisses et dans les bois sacrés, stimule l’ardeur au travail, ponctue la musique funéraire et soutient l’enseignement des systèmes de valeurs, des traditions, des croyances, du droit coutumier, des règles d‘éthique régissant la société et l’individu dans les actes quotidiens.