Visite

Ghana

Le Ghana, pays côtier sur le golfe de Guinée dans lequel vous trouverez d’anciens forts européens témoins du commerce entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique, des forts qui ont plus de trois siècles d’histoire. Notamment, les forts d’Elmina et de Cape Coast, entourés de villages de pêcheurs, déclarés patrimoine mondial de l’Unesco. Le fort Elmina est la plus ancienne construction européenne de l’Afrique sub-saharienne.

La capitale, Accra, est considérée comme un élément de modernité sans pour autant perdre sa physionomie africaine. James Town en est un exemple : quartier à l’intérieur d’une grande ville, où les créations des fabricants de « cercueils personnalisés » sont aussi extravagantes que représentatives de l’art créatif africain.

Kumasi, capitale du royaume Ashanti de la Côte d’Or, est très fidèle aux rites Awukudae et Akwasidae, qui vénèrent leur roi.

Plus au nord, le pays Dagomba, avec ses huttes en argile et aux toits de chaume, ressemble à une carte postale d’une Afrique perdue dans le temps. Et encore plus au nord, les Gurunsi décorent leurs maisons avec des fresques, et les Lobi construisent des habitations fortifiées ayant une architecture « minimaliste ».

Sur l’axe connectant le nord au sud, vous verrez des mosquées au style soudanais construites en argile. La mosquée de Larabanga, exemple notoire, témoigne du passage des caravanes, des populations, des religions qui arrivaient du nord et du sud.

Vous découvrirez une variété de paysages allant des plages dorées de la côte à la savane du nord, sèche pendant la saison sèche, ainsi que des étendues de forêts tropicales. Bien que l’océan soit imposant, la région d’Axim se caractérise par de petites baies qui amortissent la force des vagues permettant ainsi une baignade agréable et en toute sécurité.

Paysage assez plat, avec quelques reliefs dans le sud, notamment la crête traversant la région de la Volta à l’est et qui s’étend jusqu’au Togo.

La carte du Ghana se caractérise par un très grand point bleu : le lac Volta. Une étendue artificielle d’eau créée dans les années soixante pour approvisionner le pays en électricité. La région offre de magnifiques paysages aux teintes bleu vert.

Voici Ghana tou s les tours

Togo

Le Togo est un petit pays d’un point de vue géographique mais grand en nombre d’habitants. Ses 56 000 km2 sont habités par presque 40 peuples différents.

Dans le sud, les Ewe, les Mina, les Ouatchi qui pratique le vaudou, religion traditionnelle qui est née dans cette région, qui s’accompagne de sacrifices, de transes et de danses endiablées.

Plus au nord, autour de la ville de Sokode, les Kotokoli, groupes musulmans perpétuent les pratiques animistes préislamiques, comme la danse du feu.

Les Bassar et les Kabyè, célèbres pour leurs rites d’initiation mais, davantage pour leur art de la métallurgie utilisent des techniques ancestrales. Les Bassar produisent du fer obtenu de la fusion de pierres ramassées dans les montagnes avoisinantes ; les Kabyè, grands forgerons qui utilisent de lourdes pierres pour couler le fer incandescent sortant de la forge. Fascinante perpétuation d’un ancien savoir déjà perdu dans le monde occidental.

Puis, nous arrivons sur les collines Atakora, dans la région de Koutammakou, où les Tamberma, aussi connus sous le nom de Batammariba, ont trouvé refuge. Ils y ont construit des demeures en argile de plusieurs étages, un des modèles d’architecture africaine des plus appréciés et un exemple de sculpture architecturale.

Au nord, à la frontière avec le Burkina Faso, vous rencontrerez les Tchokossi et les Moba, cultivateurs de mil sur les terres de la savane qui, selon la saison, revêtent des teintes de gris ou de vert.
Lomé, la capitale, revêt un caractère particulier et original en raison de son histoire d’occupation coloniale allemande, anglaise et française. C’est d’ailleurs un cas unique en Afrique. C’est une ville qui se développe entre l’océan, les lacs et la frontière avec le Ghana et qui abrite les marchés des féticheurs où vous pouvez trouver des remèdes pour presque toutes les maladies. À Lomé, vous pouvez aussi visiter des temples vaudous, des églises et des mosquées dans un climat de convivialité et de grand désir de vivre et de se laisser vivre.

La région de Kpalime, à une centaine de miles au nord ouest de Lomé, se caractérise par ses collines et forêts. De magnifiques paysages vallonnés, l’endroit idéal pour faire des randonnées et être au frais pour fuir l’humidité de la côte.

Des plages magnifiques, de longues étendues de sable doré bordées de cocotiers.

Voici Togo tou s les tours

Bénin

Le Benin est généralement associé au vaudou qui occupe une place importante. Seulement, dans le sud : de Cotonou à Porto Novo, puis Ketou, Abomey et retour sur la côte à Grand Popo et Ouidah. Où que vous alliez vous verrez des temples vaudou, fétichisme, des oracles, des suiveurs de vaudou, des masques comme à Egun, Zangbeto, Gelede, le roi qui consulte des prêtres vaudou avant toute décision… Le vaudou est partout. Et, il est si puissant qu’il conditionne et modifie les religions monothéistes comme l’Islam et le Christianisme. Le dimanche, la foule remplit les églises de l’Église du Christianisme Céleste, pratiquant des formes religieuses syncrétiques.

Visiter le Bénin signifie découvrir cette religion, beaucoup plus riche que les clichés dont nous abreuvent les médias. D’après les pratiquants du Vaudou, « Dans vos églises, vous priez Dieu, nous, dans nos sanctuaires vaudous, nous devenons Dieu ».
Au nord, une autre étape importante est le pays Somba, ou les peuples de la zone construisent de magnifiques châteaux forts d’argile servant d’habitation. Un exemple unique d’architecture et de sculpture parmi les meilleures constructions traditionnelles d’Afrique.

Le Bénin se vante aussi de ses parcs naturels. L’Afrique de l’Ouest n’est pas une destination privilégiée en termes de vie sauvage, bien qu’à l’extrême nord du Bénin, pendant la saison favorable, vous pouvez visiter le Parc National de Pendjari, à Natitingou. Les nombreux éléphants, buffles et lions vous permettront de jouir de l’expérience typique d’un safari africain.

En revenant au sud, le Palais Royal à Abomey, déclaré patrimoine mondial de l’Unesco, vous offre la possibilité de découvrir l’histoire du Royaume de Dahomey, qui a été consolidé grâce aux guerres de conquête et au commerce avec les marchands européens établis à Grand Popo, Ouidah, Porto Novo.

Pour terminer, Ganvié, le village lacustre, dont la population pratique l’agriculture et le commerce et qui a été surnommé la « Venise de l’Afrique »​. Il s’agit d’une civilisation fascinante basée sur l’eau de la lagune, un des éléments essentiels de la vie de la population.

La vie quotidienne se déroule sur des pirogues que des hommes, femmes et enfants déplacent facilement à l’aide de longues perches. Sur les pirogues de pêche, les paris sont faits et des chansons accompagnent le rythme des perches. Les pirogues sont aussi utilisées par les femmes qui, tandis qu’elles naviguent, étalent la marchandise qu’elles achètent au marché, et amènent les enfants à l’école.

Voici Bénin tou s les tours

Burkina Faso

Le Burkina Faso, pays du Sahel que se caractérise par une multitude de villages éparpillés sur un territoire où la savane du sud s’est progressivement transformée en Sahel, l’antichambre du Sahara.

Au sud, dans la savane cultivée de millet et de sorgho, vous découvrirez les Gurunsi, et leurs maisons superbement décorées de couleurs fraîches et naturelles extraites d’essences locales, ainsi que les Lobi et leurs maisons fortifiées au style « minimalistes ».

Les Mossi sont le groupe ethnique le plus important d’un point de vue démographique ; ils reconnaissent toujours le grand pouvoir traditionnel du Mogho Naba (titre du roi des Mossi). Parmi les souverains, le plus célèbre est celui qui réside à Ouagadougou et qui continue de régir les coutumes traditionnelles de ses fidèles.

Dans la région de Bobo-Dioulasso, vous trouverez des populations différenciées par les masques qu’elles utilisent dans les cultes agricoles et les cérémonies d’initiation: les Bobo et les Bwa. Les masques tribaux sont parmi les exemples d’art africain les plus sophistiqués.

Au nord, vous rencontrerez les peuples nomades Touareg et Peul, qui font paître leurs troupeaux de chèvres et de chameaux sur les terres arides. Leurs campements, d’une grande beauté, sont des images ayant un caractère presque « biblique », la représentation d’une vie où domine la solidarité du groupe, quelles que soient les difficultés inhérentes du lieu.

Les deux grandes villes du Burkina sont Ouagadougou, la capitale, et Bobo-Dioulasso.

Ouagadougou est le siège de plusieurs grands évènements : le FESPACO, le festival africain de cinéma ; le SIAO, le salon international de l’artisanat et le festival « Jazz Ouaga ».

Bobo-Dioulasso est une ville au long passé commercial, carrefour pour les caravanes transportant le sel du nord et l’or et les noix de cola du sud. La mosquée de style soudanais est un clair témoignage de ce passé. La gare de trains, à l’architecture néo-mauresque, est l’évidence d‘une autre présence historique, la française, qui a laissé de nombreuses traces d’architecture coloniale.

Voici Burkina Faso tou s les tours

Guinea Bissau

La Guinée Bissau, pays vraiment original d’Afrique de l’Ouest. Son premier signe distinctif est sa langue officielle, à savoir le portugais. Elle agit ainsi comme une île linguistique en Afrique de l’Ouest, qui est partagée entre les pays anglophones et francophones.

Le pays est une part du Brésil en Afrique : la langue, la mer, le rythme de la musique qui ressemble à celui de la samba, le carnaval qui est une explosion de couleurs et de rythmes dans les îles et sur le continent.

Des îles qui forment l’Archipel des Bijagos, le plus grand archipel d’Afrique : presque 80 îles, dont la plupart sont habitées. Des hippopotames d’eau salée, très rares ailleurs dans le monde peuvent être observés sur l’île d’Orango, tout comme les tortues marines qui pondent leurs œufs sur l’île Poilão. La population Bijagos conserve encore un matriarcat puissant qui anoblit le rôle des femmes, ainsi que de longs rituels d’initiation, au cours desquels les hommes sont isolés sur l’île de Canhabaque (Roxa). Pendant des périodes particulières de l’année, les masques bénissent les récoltes et les villages.

Navigation d’une île à l’autre, paradis naturel vrai et unique, rarement visité par les touristes vous attendent pour le découvrir. Une baignade dans les eaux cristallines, une promenade le long de plages idylliques et désertes, une agréable balade vers l’intérieur, une visite dans les villages isolés où les femmes portent encore des jupes en raphia : de surprenantes réalités qui justifient sans aucun doute le voyage dans l’Archipel Bijagos.

Sans pour autant oublier les capitales.

Bolama, la première capitale de la colonie située sur l’île du même nom. Ici, les bâtiments administratifs ont été construits, puis abandonnés, lorsque la capitale a été transférée à Bissau.

Tout ce qui en reste est une réalité semi-urbaine abandonnée. Presque comme le plateau de tournage pour le film « Le jour d’après ».

Voici Guinea Bissau tou s les tours

Sénégal

Le Sénégal, un pays qui propose un éventail d’offres pour les voyageurs. Il commence à Dakar, grande métropole africaine pleine de vie qui a été la capitale intellectuelle et culturelle de l’Afrique de l’Ouest française. En face de Dakar, l’île de Gorée, qui fut tristement le point de départ des esclaves destinés à l’Amérique. De nombreuses traces de cette période subsistent encore de nos jours. Actuellement, l’île est devenue l’objectif des excursions non seulement pour son histoire mais aussi pour son climat agréable toujours frais grâce à la brise marine, et ses nombreux petits restaurants et boutiques.

Dans le nord, à la frontière avec la Mauritanie, le parc Djoudj est une oasis naturelle qui s’étend sur des centaines de kilomètres partiellement humide, un « paradis mouillé » près du désert. Le parc, déclaré site du patrimoine mondial par l’UNESCO, est habité par plus d’un million d’oiseaux, saisonniers et migrateurs, qui viennent nicher.

Plus au nord, Saint Louis, a été construite sur deux îles entre le fleuve Sénégal et l’océan. Cette ville animée mérite une attention particulière pour son histoire et son atmosphère coloniale. La ville, construite sur l’estuaire du fleuve Sénégal, fut le lieu de la pénétration coloniale française. C’est à cheval et en buggy, moyen de transport très en vogue parmi la population, que vous pourrez découvrir les rues coloniales et les quartiers de pêcheurs.

Dans le nord, zone de savane, vit le peuple Peul, le plus grand groupe de fermiers d’Afrique de l’Ouest. Leurs traditions sont très variées mais les Peul ont tous adopté un culte commun de beauté qui, par ailleurs, correspond à leurs traits fins d’origine nilotique.

La plupart de la population du Sénégal est musulmane. Le point de référence est la ville sainte de Touba, où vivent plus de 500 000 fidèles de la confrérie des Mourides. Lors du plus grand pèlerinage qui a lieu une fois par an, le Grand Magal, rassemble entre un et deux millions de pèlerins dans la ville. Les gens sont très accueillants et fiers d’exhiber leur grande mosquée.

Au sud de la Gambie, pays enclavé dans le Sénégal, se trouve la région de la Casamance, dont les habitants sont majoritairement animistes et catholiques. L’architecture en argile de Diola présente un intérêt particulier. Maisons en forme d’impluvium, authentiques bâtiments « fortifiés », où l’harmonie des formes et la fusion des matériaux traditionnels (bois et argile) sont un bon exemple d’« architecture sculpturale ».

Voici Sénégal tou s les tours

Côte d’Ivoire

En Côte d’ivoire, il y a environ soixante ethnies (Malinké, Senoufo, Lobi, Dan, Krou, Baoule, Akan…) et chacune possède de riches coutumes et de nombreux rites initiatiques. Au niveau artistique, ces ethnies, en particulier les Dan et les Baoulé, ont produit des masques et des statues d’une étrange beauté, qui figurent actuellement parmi les œuvres les plus cotisées du marché artistique africain. La plupart des ethnies sont animistes, c’est-à-dire qu’elles vénèrent un dieu unique présent dans tout l’univers. Des moments d’une intensité particulière sont représentés dans les cérémonies initiatiques et dans les fêtes rituelles, animées par des danses au rythme de la percussion, des flutes et des calebasses utilisées comme instruments, comme par exemple, les rites de Poro, de l’ethnie Senoufo, ou la danse sur échasses dans le pays Yacouba.

Voici Côte d’Ivoire tou s les tours